Aller au contenu principal

Eglise de Cazillac restauration de la Vierge à l'enfant

Ce samedi 12 aout 2017, notre association a inauguré les deux œuvres restaurées de l’église de Cazillac. L’association tenait absolument à remercier les acteurs actifs et passifs de cette belle réussite.Nous avions préparé une petite cérémonie avec l’intervention de Monsieur le Maire JM GUILLOTEAU suivie de celle du président de l’association M Fabien FILIPPI   Les deux discours ont relaté tous les aspects du travail réalisé passant par les aspects administratifs, financiers, pratiques et historiques.  La présentation des œuvres a été clôturée par un très beau chant en occitan intitulé « La Cazéenne » composé M. Joseph PONCET en 1940, cette chanson est en fait un hymne, l’hymne de Cazes-Mondenard. La lecture du beau poème intitulé « Hommage au Chasselas » écrit par « le Rimailleur Quercynol » Monsieur Roger BOULZAC clôtura cette première partie

Monsieur l’abbé D Arnaudy retardé avait autorisé de commencer par l’inauguration.

La messe festive et recueillie fût célébrée à la suite ! Et quelle messe !!!! grâce à la participation d’une Famille (dont nous profitons de depuis quelques années) qui propose un répertoire de chants religieux d’une qualité vocale exceptionnelle nous avons assisté à une magnifique célébration  .Merci à eux encore.

A l’issue de la cérémonie, sur la place, juste devant notre belle église Saint Pierre es lien de Cazillac une belle table bien garnie accueillait les participants. L’association offrait un grand apéritif dinatoire qui permit à tous de profiter d’un bon moment de convivialité. 

 Les œuvres

      La statue de « la Vierge à l’enfant » est ancienne, datée du XVIIème siècle, elle a été réalisée sous le règne de louis XIV.

Elle avait déjà été signalée fin XIXème auprès de la Société Archéologique du Tarn et Garonne par l’Abbé Barthélémy TAILLEFER curé de la paroisse de Cazillac de mars 1885 jusqu'à sa mort en 1937. Il ne voulut jamais changer de paroisse et est enterré dans le cimetière jouxtant l’église ! Passionné d’histoire et de patrimoine il a écrit de nombreux ouvrages sur l’Histoire locale.

La statue est creuse en sa partie postérieure car elle a été sculptée dans un tronc d’arbre qui a été ensuite évidé

Cette œuvre présente plusieurs particularités :

  • la manière dont l’enfant Jésus tient sa Mère par son bras droit passé autour du coup de la vierge  ce qui est très rarement rencontré !
  • l’expression de leurs visages qui ne manque pas de dignité.

La vierge et l’enfant portaient une couronne en métal ouvragé malheureusement celle de l’enfant n’a pas été retrouvée tout comme l’attribut que tenait la vierge en sa main droite.

La statue a été traité contre les attaques des insectes xylophages par anoxie, nettoyée, subi quelques retouches picturales, consolidée par endroits et en particulier la main droite qui était fissurée et mal fixée.

La restauration a fait paraitre que, bien que repeinte au cours des siècles, ses couleurs sont proches de celles d’origine.

Pour permettre un maintien plus sécurisé de la statue nous avons dès son retour fait réaliser par un artisan de la commune une console plus adaptée

La restauratrice était Mme Julie CATALO-MANUEL du département des Pyrénées Atlantiques.

  Le Tableau, situé dans la chapelle dite de la vierge est un peu mystérieux !

Le titre du tableau est « La Sainte Famille » « dite la vierge de Séville » dont l’original est conservé au musée du Louvre. La peinture réunit la Vierge et l'enfant Jésus, sainte Élisabeth et le petit saint Jean-Baptiste, sous la colombe de l'Esprit saint et sous Dieu le Père. La croix de roseaux que tend le petit saint Jean-Baptiste à son cousin suggère la passion que va subir Jésus adu

Il ne s’agit « hélas » que d’une copie de la célèbre toile du peintre espagnol Bartolomé Estéban Murillo, peintre baroque du XVIIème siècle.

Cette toile aurait été commandée à l’état par la commune vers le milieu du XIXème siècle mais l’aboutissement n’a pas été mentionné

Cette magnifique réalisation est signée de la main de Léontine LEMEE, dans le coin en bas à gauche.

Elle œuvrait à la fin du XIXème à Paris en tant que copiste. Elle aurait donc reçu une commande spéciale mais nous manquons d’informations à ce sujet.

Les travaux de restauration ont été fait sur le cadre et la toile séparément.

Le cadre a été pris en charge par Mme Anne VIRGITTI de la Haute Garonne.

Un traitement anti xylophage a été appliqué ainsi qu’une consolidation par endroit par injection de résine, la dorure a été nettoyée et sur de très petites surfaces redorée à la feuille d’or.

La toile nécessitait d’être nettoyée et retendue sur un nouveau châssis.

Elle présentait aussi de légères déchirures et des plis notamment dans le coin en bas à droite

Des craquelures inquiétantes sur la surface de la peinture ont été également traitées par la restauratrice Mme Sandrine CAIHOL du Lot.

Aujourd’hui, nous sommes heureux car grâce à ces efforts nous   contribuons à la sauvegarde de notre patrimoine historique. Les générations futures pourront continuer à découvrir ces œuvres pendant plusieurs décennies comme nous, nous l’avons fait.

 

 

 

Retour
Eglise de Cazillac - Vierge à l'enfant
Eglise de Cazillac - Vierge à l'enfant